Guerre d’Algérie – Proposition d’hommage présidentiel aux victimes de l’OAS le 6 octobre 2021 à Paris par l’ANPROMEVO

À l’attention personnelle de Madame Cécile Renault, Directrice de projet
Chargée du suivi des questions mémorielles sur la colonisation et la guerre d’Algérie
Direction des ressources et de la modernisation
Présidence de la République Palais de l’Élysée
55, rue du Faubourg-Saint-Honoré 75008 Paris

Madame la directrice,

À la veille du 59e anniversaire de l’attentat dit « du Petit Clamart », qui prit pour cible le Président de la République et Madame de Gaulle, le conseil d’administration de l’Association nationale pour la protection de la mémoire des victimes de l’OAS a décidé d’entreprendre une démarche auprès du chef de l’État tendant à ce qu’il honore de sa présence la cérémonie prévue le mercredi 6 octobre au cimetière parisien du Père Lachaise.

Depuis 2011, le 6 octobre s’est imposé comme la Journée (associative) de recueillement et du souvenir de l’ensemble des victimes militaires et civiles de l’OAS en Algérie et en France : élus, magistrats, défenseurs des institutions et des valeurs de la République auxquels la Ville de Paris a tenu à être la première collectivité à dédier une stèle commémorative.

Sortir des ténèbres de l’oubli et de la négation cette catégorie si spécifique de victimes de la guerre d’Algérie pour les faire enfin accéder à la lumière de la vérité, tel a été le sens de l’acte posé par Monsieur Bertrand Delanoë à l’occasion du dévoilement de ce monument situé à proximité immédiate du Mémorial des Parisiens morts pour la France en AFN et non loin de la sépulture des morts de « Charonne ».

Le geste attendu du Président de la République, s’il est accompli, sera salué de part et d’autre de la Méditerranée. Il sera par ailleurs apprécié comme la possible préfiguration d’hommages visant les malheureuses victimes de la répression des manifestations parisiennes des 17 octobre 1961 et 8 février 1962.

Benjamin Stora, avec qui j’entretiens les relations les plus amicales, voit dans le courrier que j’ai posté hier à l’intention de Monsieur Emmanuel Macron (cf. pièce jointe) une « belle et nécessaire initiative ».

Le but du présent courriel est d’obtenir votre bienveillante entremise à défaut de laquelle la correspondance en question aurait peu de chances de parvenir à la connaissance de son destinataire.

Je me tiens à votre disposition pour compléter en tant que de besoin votre information sur l’association et sur le projet qu’elle porte en l’occurrence.

Veuillez agréer, Madame la directrice, avec mes remerciements anticipés, l’expression de ma parfaite considération.

Jean-François Gavoury
Pupille de la Nation
Orphelin de guerre
Président de l’ANPROMEVO
Officier de l’Ordre national du Mérite
Médaille d’honneur de la police nationale
7, rue des Petits Bois
92370 Chaville
Cel. : 06 14 79 95 02
Mél : jfgavour@yahoo.fr


Ajout : courrier de Serge Drouot, président d’EGAL

Sortie de « Des Hommes » de Lucas Belvaux

Sortie : 2 juin 2021 / 1h 41min / Drame, Historique
De Lucas Belvaux
Par Lucas Belvaux, Laurent Mauvignier
Avec Gérard Depardieu, Catherine Frot, Jean-Pierre Darroussin

Synopsis

Ils ont été appelés en Algérie au moment des « événements » en 1960. Deux ans plus tard, Bernard, Rabut, Février et d’autres sont rentrés en France. Ils se sont tus, ils ont vécu leurs vies. Mais parfois il suffit de presque rien, d’une journée d’anniversaire, d’un cadeau qui tient dans la poche, pour que quarante ans après, le passé fasse irruption dans la vie de ceux qui ont cru pouvoir le nier.

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

 

 

Guerre d’Algérie – Parution de « Le silence des appelés » de Claude Juin

Ils furent appelés pour aller « pacifier » l’Algérie et rétablir l’ordre. Or très vite, sur place, les combattants français « vécurent » une guerre avec ses victimes, dans le quasi silence de la métropole. Les dirigeants, pendant plus de trente ans, ont dénié la réalité. Après les combats, les appelés gardent un profond ressentiment?: avoir été trompés et avoir gâché une partie de leur jeunesse ! Le mensonge d’État laisse de profondes traces collectives et individuelles. Aujourd’hui encore, le sujet est tabou. Les appelés se sentent isolés, privés et pour beaucoup incompris. Cet ouvrage veut participer à rompre le silence. Par des extraits des carnets rédigés par l’auteur pendant son service militaire mais aussi par les témoignages d’anciens appelés. Écrire et témoigner pour se débarrasser de la peur et de l’ambiance d’un monde de violences faite de tués, de blessés et d’exactions multiples.

DÉTAILS

Caractéristiques détaillées
Auteur Claude Juin
Editeur Nouvelles Sources
Date de parution 09/03/2021
Format 21cm x 14cm
Poids 0,4410kg
EAN 978-2490839032
ISBN 2490839039
Nombre de pages 349
Format 21,10 x 14,00 x 3,40 cm
Poids du produit 0,44 Kg


Parution de « Alger 1957 : La Ferme des Disparus » de Jean-Philippe OULD AOUDIA

Où sont enterrés les corps des 3024 personnes torturées à mort par l’armée française pendant la « bataille » d’Alger en 1957, violant ainsi les lois de la guerre et de l’humanité ? Pour dissimuler cette barbarie, ces milliers de corps ont été subrepticement enfouis avec la complicité d’activistes coloniaux. À travers une investigation minutieuse, l’auteur cherche à redonner à ces Disparus, dépossédés de leur identité et de leur sépulture, figures absolues de l’appartenance à la communauté de l’Homo Sacer, une trace dans l’Histoire de la France et de l’Algérie. Honorer le souvenir des victimes, saluer la dignité de leurs descendants, aider les familles à faire le deuil d’un proche à l’existence toujours niée, contribuent à réconcilier ces deux pays. Au moment où les passés coloniaux et l’autorité des anciens maîtres du monde sont questionnés, il est temps que vérité soit dite sur cette infamie.

Jean Philippe Ould Aoudia est né le 4 septembre 1941 à Alger, il est l’auteur de plusieurs ouvrages aux Éditions Tirésias. Il préside l’association Les Amis de Max Marchand, de Mouloud Feraoun et de leurs Compagnons qui honore l’œuvre et la mémoire de six dirigeants des Centres sociaux éducatifs – créés par Germaine Tillion dont les cendres entrent au Panthéon en mai 2015 –, assassinés par l’OAS sur leur lieu de travail et dans leur mission d’éducation. Il a défendu l’action politique de son grand-père en Algérie et sa mère Pied-noir mariée à un Indigène, faite de combats contre le racisme.

Sources : éditions Tirésias

Détails
ALGER 1957 : La Ferme des Disparus de Jean-Philippe OULD AOUDIA
Éditeur : ÉDITIONS TIRÉSIAS
Collection / Série : Lieu EST Mémoire ; 16
Prix de vente au public (TTC) : 8 €
94 pages ; 15 x 12 cm ; broché
ISBN 979-10-96930-07-4
EAN 9791096930074
Date de parution 01/06/2021
Reçu par la BnF

 

 

Mise en ligne du cours proposé par Claude Basuyau, professeur agrégé (lycée Buffon)

Plan du cours

Introduction : Mémoires et Histoire : deux rapports au passé

 

I – Des mémoires façonnées par les spécificités des rapports entre l’Algérie et la France depuis 1830 (rappel historique)

 

1. L’Algérie française vue par les « Européens » : « L’Algérie, c’est la France ! »

2. L’Algérie coloniale vécue par les « Musulmans »

3. La guerre d’Algérie et les fractures de l’opinion française

4. Une guerre civile algéro-algérienne

 

II – L’immédiat après-guerre en France et en Algérie (années 60 – début des années 80)

 

1. En France. : Amnisties et constitution de mémoires plurielles.

1.1. Les lois d’amnistie pour « tourner la page »

1.2. La constitution des mémoires plurielles

. les appelés du contingent
. la « nostalgérie » des rapatriés, ou la mémoire de l’exil
. la mémoire discrète des harkis
. la mémoire des anti-colonialistes

2. En Algérie : la mise en place d’une mémoire officielle

 

III – Des conflits de mémoires qui envahissent l’espace politique et médiatique depuis le milieu des années 80

 

1. Un contexte nouveau

. le souci grandissant des acteurs de témoigner publiquement

. le travail de plusieurs générations d’historiens

. une population plus réceptive et mieux informée

. L’accès aux responsabilités politiques d’hommes qui ont eu un rapport direct avec la guerre d’Algérie

. l’essor du Front National

. le poids des nouvelles générations issues de l’immigration algérienne

. l’ombre portée de la guerre civile algériene des années 1990

 

2. Débats et polémiques en France (quelques exemples)

. la question de la torture

. la répression de la manifestation du 17 octobre 1961

. quand commémorer la fin de « la guerre sans nom » ?

. l’article 4 de la loi de 2005 : l’œuvre civilisatrice en question

 

3. En Algérie une remise en cause partielle de l’Histoire officielle

 

Conclusion : dépasser les mémoires ; le rôle essentiel de la recherche historique

Un espoir pour l’avenir

Il y a plus d’un demi-siècle que la guerre d’Algérie se terminait avec la proclamation de l’indépendance de ce pays et depuis, personne n’a pu, n’a su ou n’a voulu évoquer cette page de l’Histoire de France autrement qu’en opposant les mémoires de ceux qui l’ont vécue, volontairement ou non, en qualité de civil ou de militaire.

Des personnalités d’origines et de milieux très divers : historiens, chercheurs, enseignants, écrivains, mais aussi du monde du spectacle et du monde combattant, se sont réunis pour la première fois le 27 février 2017 afin de créer un organisme qui a pour ambition d’évoquer tous les aspects de ce conflit, sans arrière-pensée et sans parti pris, L’ESPACE NATIONAL EGAL

Ouvert à tous ceux qui poursuivent honnêtement le même but, l’Espace a pour perspective de travailler sur ce sujet sans restriction et sans a priori pour faire en sorte que cette page douloureuse cesse d’être un enjeu partisan ou politique qui dénature la réalité des faits et risque de les voir s’effacer avec le temps.

L’Espace n’a donc que pour seul objet de rechercher et de conserver tout ce qui pourra contribuer à l’information et à la transmission de l’histoire de la guerre d’Algérie, sous tous ses aspects et à partir de toutes les mémoires.

Il est ouvert à tous ceux qui souhaitent exprimer leur attachement à la vérité historique et à la réalité objective de cette période afin qu’elle ne tombe pas dans l’oubli et puisse servir l’avenir.

Si vous êtes intéressé(e), venez nous rejoindre et travailler avec nous. Votre opinion nous intéresse et vous pourrez l’exprimer librement afin d’enrichir nos travaux.

N’hésitez pas à consulter le site créé à votre intention.

Le montant de la cotisation 2020 est de 10.00 euros et à l’ordre de EGAL.

TÉLÉCHARGER LE BULLETIN D’INSCRIPTION

Lettre au président de la République de M. Jean-Philippe Ould Aoudia, Président de l’Association des Amis de Max Marchand et Mouloud Feraoun et de leurs compagnons

Lettre au Président de la République de M. Jean-Philippe Ould Aoudia, Président de l’Association des Amis de Max Marchand et Mouloud Feraoun et de leurs compagnons, dans laquelle il regrette qu’il n’y ait eu aucun représentant du Ministère de l’Éducation nationale lors de l’hommage annuel rendu aux 6 dirigeants des Centres sociaux éducatifs en Algérie assassinés par l’OAS le 15 mars 1962.

Monsieur le Président de la République,

Pour la première fois depuis mars 2002, le ministre de l’Éducation nationale ne s’est pas fait représenter à l’hommage annuel, rendu vendredi 16 mars, devant la plaque commémorative apposée à l’entrée de la salle Marchand-Feraoun de l’Hôtel de Rothelin-Charolais (101 rue de Grenelle, Paris-VIIè ) et inaugurée le 12 décembre 2001.

J’ajoute que le ministre avait, il y a un mois, donné pour instruction à sa Direction de l’enseignement scolaire de le représenter au colloque organisé par notre association, ce même 16 mars, sur le thème Enseignement de la musique en Algérie avant l’indépendance.

Aucun personnel du ministère n’est venu le représenter.

Depuis seize ans, à une date voisine du 15 mars, une cérémonie officielle s’y déroule afin d’honorer le souvenir de six dirigeants des Centres sociaux éducatifs en Algérie, assassinés collectivement le 15 mars 1962 à Alger, sur leur lieu de travail, dans l’exercice de leurs fonctions, « victimes de leur engagement pour les valeurs de la République et pour l’indépendance de l’Algérie dans une relation fraternelle avec la France », texte gravé sur la plaque.

Ce service de l’Éducation nationale a été créé par la déportée résistante Germaine Tillion, entrée au Panthéon le 27 mai 2015. Elle a déclaré à plusieurs reprises que cette initiative était l’œuvre de sa vie dont elle était la plus fière et l’a montré en étant présente, à près de 95 ans, lors du dévoilement de la plaque commémorative précitée.

L’association que je préside se félicite qu’un événement placé sous votre haut patronage soit prévu le 7 juin prochain à l’occasion du dixième anniversaire de sa mort.

Les six membres des Centres sociaux éducatifs ont été liquidés par l’OAS, une organisation qualifiée de terroriste par la Justice, et qui voulait maintenir la colonisation en Algérie en s’opposant, par le crime à grande échelle, à la signature des Accords d’Évian.

En n’associant pas son administration à la célébration de la mémoire de fonctionnaires ayant respecté la directive de Mme Tillion : « …donner au Service une impulsion conforme aux grandes traditions de l’Education nationale française », le ministre a pris le risque de susciter interrogations et incompréhension au sein d’une association qui, répondant à votre souhait d’une coopération nouvelle avec l’Algérie, a organisé à Alger, le 8 mars dernier, un colloque auquel des universitaires français et algériens ont participé.

C’est notre façon de contribuer, à la mesure de nos moyens, à ce climat favorable dans les relations culturelles et amicales entre les deux pays, tel que vous l’appelez de vos vœux.

Certes, Monsieur Jean-Michel Blanquer a déclaré sur France Inter : « …je ne suis pas […] un fanatique de la commémoration ». Mais l’Histoire de la France ne s’est- elle pas construite à partir d’événements marquants, que les futurs citoyens doivent apprendre durant leur scolarité pour se les rappeler à l’âge adulte et en entretenir le souvenir par des cérémonies ?

Le ministre de l’Éducation nationale a rompu avec le principe de continuité mémorielle qui prévalait depuis seize ans.

Ne pas rendre honneur à des victimes de l’OAS, dont un inspecteur d’académie, équivaut à cautionner ceux qui, pour maintenir la colonisation, n’ont pas hésité à tenter de renverser la République par le putsch militaire et par les tentatives d’abattre le chef de l’État, le général Charles de Gaulle.

Je suis certain que vous prendrez toute la mesure d’une attitude qui semble bien relever d’un positionnement personnel empreint de partialité.

Je vous prie de croire, Monsieur le président, à ma très haute considération.

Docteur Jean-Philippe Ould Aoudia
Président de l’association Les Amis de Max Marchand, de Mouloud Feraoun et de leurs Compagnons
http://max-marchand-mouloud-feraoun.fr/

 

 

ACTUALITÉ AUTOUR DE LA GUERRE D’ALGÉRIE : CALENDRIER MARS 2018

Du 8 au 11 mars 2018, du jeudi au samedi à 20h30 et le dimanche à 17h
Diffusion prochaine d’un spectacle sur la guerre d’indépendance algérienne et ses répercussions sur la société française : « Du sable & des Playmobil® ». La création de ce spectacle nous a engagés, les comédiens et moi-même, sur un temps long, un temps de recherches, un temps de voyage aussi. Comme des sismographes, nous avons capté ce qui restait de cette guerre en France et en Algérie. Ce spectacle sera joué au théâtre de l’Opprimé du 8 au 11 mars 2018, du jeudi au samedi à 20h30 et le dimanche à 17h.
Voici le lien vers le site du théâtre: http://www.theatredelopprime.com/evenement/dusabledesplaymobil/


Jusqu’au 10 mars 2018
Présentation de la pièce De nos frères blessés au Théâtre des Déchargeurs à Paris (3 rue des déchargeurs 75001 Paris métro Châtelet) du mardi au samedi 19 h, Cette pièce s’inspire du roman éponyme de Joseph Andras et raconte l’histoire vraie de Fernand Yveton, seul Français, militant communiste, condamné à mort et guillotiné durant la guerre d’Algérie.


16 mars 2018
Mairie d’Ecuisse ( Saône et Loire) 14h30 conférence animée par Daniel Sorg. De la décision du Roi de France, Charles X en 1830 aux accords d’Evian en 1962.


Samedi 17 mars au Salon du Livre de Paris
De 15h à 17h sur le stand des éditions Bleu Autour (stand F 67) : cinquante écrivains et intellectuels livrent un récit personnel de leur scolarité dans le système éducatif français. L’ouvrage montre que l’école de l’Algérie française coloniale fut un espace de normativité mais aussi un lieu d’ouverture à l’autre dans lequel les enseignants ont joué le rôle de passeur.


Lundi 19 Mars 2018
Commémoration du cessez-le-feu ayant mis fin à la guerre d’Algérie. Cérémonies nationales à Paris; 16H30 au Mémorial du Quai Branly et à 18H 30, ravivage de la Flamme sous l’Arc de Triomphe.


Du 20 au 25 Mars 2018
« La Bleuite » , l’autre guerre d’Algérie. Un film de Jean Paul Mari sélectionné au FIGRA « compétition internationale Terre d’Histoire » Saint Omer du 20 au 25 mars. Bientôt sur France 5 et Public Sénat.


26 mars 2018
Participation de Tramor Quéméneur dans l’émission de Franck Ferrand « Au cœur de l’histoire » de 14h à 15h sur Europe1. « Les Appelés dans la guerre d’Algérie ».


27 mars 2018
Conférence du mardi 14h30 au CANOPE 55 rue Notre Dame de Recouvrance Orléans ou Musée des Beaux Arts : André Gide et l’Algérie (1894-1904) par B. Sasso, Professeur d’histoire.


Vendredi 30 mars 2018
Guerre d’Algérie, la raison l’emportera
Rencontre avec Albert NALLET et Djoudi ATTOUMI
Conférence-Débat, Projections et séance dédicace.
De 20h à 22h – Entrée libre
Adresse : 41, rue des Olivettes à NANTES
contact : cercledumarronnage@gmail.com

 

Dédicace du livre collectif « A l’école en Algérie – des années 1930 à l’indépendance »

Samedi 17 mars au Salon du Livre de Paris de 15h à 17h sur le stand des éditions Bleu Autour (stand F 67) :

Dédicace du livre collectif « A l’école en Algérie – des années 1930 à l’indépendance » avec notamment Leïla Sebbar, Maïssa Bey, Yahia Belaskri, Jacques Frémeaux, Danielle Michel-Chiche, Areski Metref….

À travers ce livre, cinquante écrivains et intellectuels livrent un récit personnel de leur scolarité dans le système éducatif français. L’ouvrage montre que l’école de l’Algérie française coloniale fut un espace de normativité mais aussi un lieu d’ouverture à l’autre dans lequel les enseignants ont joué le rôle de passeur.

Un petit extrait de la contribution de Fatima Besnaci :
« A la rentrée de septembre 1960, j’empruntais pour la première fois le chemin de l’école, pour le plus grand bonheur de ma mère, consciente que s’offrait là une chance à son aînée…/…
Mon premier jour de classe a été un véritable événement familial. L’heure qui précédait mon départ eut une agitation de ruche. Tandis que ma mère tentait de démêler ma tignasse frisée tout en surveillant le petit déjeuner de mes trois petites sœurs…/…
Le trajet pour s’y rendre était des plus agréables. Cela commençait à l’entrée de notre maison, avec l’allée d’eucalyptus dont les feuilles chantaient, agitées par le vent marin. Puis, on passait devant le kiosque à musique au centre de la place principale, où les belles robes des roumias virevoltaient les jours de fête. Mais le plus joyeux sur ce trajet, c’était la complicité que j’éprouvais avec une bande de camarades, faite de fous rires, disputes, réconciliations inoubliables. C’est aussi avec ces camarades que je partageais les lectures à haute voix, les récitations, l’apprentissage des tables de multiplication, des leçons de morale, les jeux de récréation, comme les coups de règle sur les doigts sanctionnant une indiscipline. Je repense souvent à ce chemin que je parcourais, insouciante, alors que mon pays était en guerre…/… »

L’OAS, l’Education nationale et la République

Le 4 mars 1962, Paris et Tunis publient un communiqué annonçant l’ouverture de négociations pour mettre un terme au conflit qui dure en Algérie depuis plus de sept ans.
Immédiatement, l’OAS manifeste sa criminelle détermination à empêcher tout accord et, dans la nuit du 4 au 5 mars, 130 explosions de plastic résonnent dans la nuit d’Alger causant d’importants dégâts.
« Le 14 mars, on crut à la signature des accords pour le lendemain ».
Le 15, vingt heures durant, obstinée à continuer la guerre, l’OAS se livre à une série ininterrompue d’attentats individuels et collectifs dans Alger.
A Ben Aknoun, sur les hauteurs de la ville, un attentat prémédité et professionnellement préparé va se produire au lieu-dit Château-royal, un ensemble de bâtiments appartenant à l’Education nationale : l’Ecole normale de jeunes-filles, l’inspection académique des Oasis et de la Saoura, des logements d’enseignants et les bureaux administratifs des Centres sociaux éducatifs, où se déroule une réunion de ses responsables venus de plusieurs départements.
A 10 h 30, un commando de tueurs surarmés investissent les locaux, certains neutralisent le personnel, d’autres détruisent le standard téléphonique, tandis que trois individus surgissent dans la salle de réunion, font l’appel des noms inscrits sur une petite feuille de papier et conduisent les six enseignants ainsi appelés à l’extérieur, les alignent dos au mur où ils sont abattus au fusil-mitrailleur AA 52 et au pistolet automatique.
Les six victimes sont les principaux dirigeants des Centres sociaux éducatifs, créés en 1955 par la déportée résistante Germaine Tillion. Pour François Mauriac, ils méritent le titre d’hommes de bien et s’appellent Marcel Basset, Robert Eymard, Mouloud Feraoun, Ali Hammoutène, Max Marchand, Salah Ould Aoudia.
Pourquoi l’OAS a choisi six fonctionnaires de l’Education nationale comme victimes d’un crime froidement conçu ? Les Centres donnaient, aux enfants garçons et filles issus des populations défavorisées, une formation en français conçue pour déboucher sur l’échelle scolaire. Ils offraient aux adultes, hommes et femmes, un enseignement de base en français, des conseillers sociaux, un dispensaire, les moyens d’acquérir un métier, etc.
On pourrait donc imaginer que des gens hostiles à l’instruction française puissent être les auteurs de ce forfait. Mais, aussi aberrant que cela soit, ce sont les partisans les plus acharnés de l’Algérie française qui, par calculs, « pensaient » empêcher le rétablissement de la paix en liquidant six enseignants.
Plus tard, lorsque l’indépendance apparut comme inéluctable, les mêmes extrémistes décidèrent alors d’appliquer la « politique de la terre brûlée » : des dizaines d’écoles furent détruites et la bibliothèque de l’Université d’Alger, un fleuron de la culture, incendiée.

C’est une stratégie différente qui a « justifié », aux yeux de l’OAS, l’assassinat du commissaire Roger Gavoury, le 31 mai 1961. En effet, les cibles privilégiées de l’organisation terroriste étaient les défenseurs de la République et de nombreux assassinats furent commis sur des Gardes mobiles, les Compagnies républicaines de sécurité, une centaine de fonctionnaires de police ont été abattus dont quatre commissaires, ainsi que des militaires de tout grade.
Roger Gavoury, commissaire divisionnaire de la sûreté nationale et commissaire Central du Grand Alger, fut le premier fonctionnaire de l’Etat à tomber sous les coups de l’OAS : il sera mal poignardé par des légionnaires déserteurs introduits dans son domicile.

L’OAS n’aura pas pu empêcher l’indépendance de l’Algérie dans une relation fraternelle avec la France. Mais l’épreuve infligée aux Algériens et aux Français, avec ces crimes innombrables, ininterrompus, commis chaque jour pendant des semaines et des mois, selon un plan préconçu et après réflexion, aura finalement pour seul résultat tangible : le douloureux départ des pieds-noirs d’une Algérie qu’ils aimaient, et le chagrin des descendants des victimes d’assassinats aussi abjects qu’inutiles.

Jean-Philippe Ould Aoudia
Président de l’association Les Amis de Max Marchand, de Mouloud Feraoun et de leurs Compagnons