Mise en ligne du cours proposé par Claude Basuyau, professeur agrégé (lycée Buffon)

Plan du cours

Introduction : Mémoires et Histoire : deux rapports au passé

 

I – Des mémoires façonnées par les spécificités des rapports entre l’Algérie et la France depuis 1830 (rappel historique)

 

1. L’Algérie française vue par les « Européens » : « L’Algérie, c’est la France ! »

2. L’Algérie coloniale vécue par les « Musulmans »

3. La guerre d’Algérie et les fractures de l’opinion française

4. Une guerre civile algéro-algérienne

 

II – L’immédiat après-guerre en France et en Algérie (années 60 – début des années 80)

 

1. En France. : Amnisties et constitution de mémoires plurielles.

1.1. Les lois d’amnistie pour « tourner la page »

1.2. La constitution des mémoires plurielles

. les appelés du contingent
. la « nostalgérie » des rapatriés, ou la mémoire de l’exil
. la mémoire discrète des harkis
. la mémoire des anti-colonialistes

2. En Algérie : la mise en place d’une mémoire officielle

 

III – Des conflits de mémoires qui envahissent l’espace politique et médiatique depuis le milieu des années 80

 

1. Un contexte nouveau

. le souci grandissant des acteurs de témoigner publiquement

. le travail de plusieurs générations d’historiens

. une population plus réceptive et mieux informée

. L’accès aux responsabilités politiques d’hommes qui ont eu un rapport direct avec la guerre d’Algérie

. l’essor du Front National

. le poids des nouvelles générations issues de l’immigration algérienne

. l’ombre portée de la guerre civile algériene des années 1990

 

2. Débats et polémiques en France (quelques exemples)

. la question de la torture

. la répression de la manifestation du 17 octobre 1961

. quand commémorer la fin de « la guerre sans nom » ?

. l’article 4 de la loi de 2005 : l’œuvre civilisatrice en question

 

3. En Algérie une remise en cause partielle de l’Histoire officielle

 

Conclusion : dépasser les mémoires ; le rôle essentiel de la recherche historique

Un espoir pour l’avenir

Il y a plus d’un demi-siècle que la guerre d’Algérie se terminait avec la proclamation de l’indépendance de ce pays et depuis, personne n’a pu, n’a su ou n’a voulu évoquer cette page de l’Histoire de France autrement qu’en opposant les mémoires de ceux qui l’ont vécue, volontairement ou non, en qualité de civil ou de militaire.

Des personnalités d’origines et de milieux très divers : historiens, chercheurs, enseignants, écrivains, mais aussi du monde du spectacle et du monde combattant, se sont réunis pour la première fois le 27 février 2017 afin de créer un organisme qui a pour ambition d’évoquer tous les aspects de ce conflit, sans arrière-pensée et sans parti pris, L’ESPACE NATIONAL EGAL

Ouvert à tous ceux qui poursuivent honnêtement le même but, l’Espace a pour perspective de travailler sur ce sujet sans restriction et sans a priori pour faire en sorte que cette page douloureuse cesse d’être un enjeu partisan ou politique qui dénature la réalité des faits et risque de les voir s’effacer avec le temps.

L’Espace n’a donc que pour seul objet de rechercher et de conserver tout ce qui pourra contribuer à l’information et à la transmission de l’histoire de la guerre d’Algérie, sous tous ses aspects et à partir de toutes les mémoires.

Il est ouvert à tous ceux qui souhaitent exprimer leur attachement à la vérité historique et à la réalité objective de cette période afin qu’elle ne tombe pas dans l’oubli et puisse servir l’avenir.

Si vous êtes intéressé(e), venez nous rejoindre et travailler avec nous. Votre opinion nous intéresse et vous pourrez l’exprimer librement afin d’enrichir nos travaux.

N’hésitez pas à consulter le site créé à votre intention.

Le montant de la cotisation 2020 est de 10.00 euros et à l’ordre de EGAL.

TÉLÉCHARGER LE BULLETIN D’INSCRIPTION