Algérie : la Casbah, gardienne de la mémoire d’Alger

Des maisons blanches, des ruelles étroites qui descendent en cascade jusqu’à la Méditerranée… La Casbah d’Alger a toujours attiré des milliers de touristes venus du monde entier. Ils sont moins nombreux toutefois à l’explorer cette année, les rues d’Alger étant livrées deux fois par semaine aux manifestants. Nos reporters se sont rendues dans la Casbah, incarnation de la splendeur du patrimoine algérien comme des maux de sa société.

Habitée depuis l’Antiquité, la Casbah a longtemps été la capitale de l’Algérie, avant d’être colonisée par les Français en 1830 puis marginalisée au profit de la nouvelle ville. Avec son dédale de ruelles étroites, ce quartier d’un kilomètre carré réputé impénétrable est propice à la clandestinité.

En 1957, la Casbah est le théâtre de la Bataille d’Alger. La dixième division des parachutistes français, dirigés par le Général Massu, y affronte les indépendantistes du Front de libération nationale (FLN) menés par Yacef Saadi. Grève générale, guérilla urbaine et attentats… L’un des épisodes les plus sanglants de la guerre d’Algérie se déroule dans ses ruelles.

LIRE LA SUITE

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *