NAQD consacre un numéro spécial à l’historien allemand Hartmut Elsenhans : «La Révolution algérienne n’a pas pu tenir ses promesses»

02 septembre 2019 à 9 h 45 min

Un hors-série de la revue NAQD, paru récemment, est dédié aux travaux de Hartmut Elsenhans, politologue, historien et économiste allemand à l’œuvre prolifique dont la pensée a profondément marqué l’historiographie de la Guerre de libération nationale. Né en 1941, le professeur Elsenhans a visité plusieurs fois l’Algérie et y a même donné quelques conférences. On peut d’ailleurs écouter une de ses brillantes communications qui est en accès libre sur Youtube, trace de son passage au Crasc où il est intervenu le 15 novembre 2016 avec une conférence intitulée : «Guerre d’Algérie et histoire mondiale».

Sous le titre Guerre de libération et voie algérienne de développement, la revue de critique sociale dirigée par Daho Djerbal propose un certain nombre de textes du penseur allemand Hartmut Elsenhans, qui permettront aux lecteurs de NAQD de découvrir son œuvre ou, pour ceux qui le connaissent, d’en apprendre un peu plus sur ses travaux académiques où l’Algérie occupe une place centrale. «La revue NAQD a voulu par cette publication hors-série rendre hommage à l’historien, au politologue et à l’économiste allemand Hartmut Elsenhans. L’auteur et académicien éminent a consacré la plus importante partie de sa longue carrière à des travaux de recherche et à des publications sur la lutte de Libération de l’Algérie colonisée ainsi qu’aux politiques de développement des gouvernements successifs menées depuis l’indépendance du pays», souligne l’historien Daho Djerbal dans sa présentation.

Une autre motivation se dresse derrière ce choix, explique le directeur de la revue, c’est l’espèce de «conspiration du silence» qui a longtemps entouré l’œuvre du professeur Elsenhans «dans les milieux académiques français ainsi que dans ceux des intellectuels algériens de gauche comme de droite». On apprend ainsi que «sa thèse dirigée par Alfred Grosser et soutenue à Berlin sous le titre ‘‘La guerre d’Algérie 1954-1962. Tentative de décolonisation d’une métropole capitaliste’’ n’a été publiée en France que 28 années plus tard sous le titre remanié ‘‘La guerre d’Algérie 1954-1962. La transition d’une France à une autre. Le passage de la IVe à la Ve République’’. Le glissement de sens dans la focale du titre parle à lui seul de ce point aveugle dans le regard que porte l’historiographie française sur l’Algérie et, plus largement, sur la question nationale et coloniale…».

LIRE LA SUITE

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *