Il était une fois Alger la révolutionnaire

Alger, Eldorado des mouvements d’opposition, de la guerre d’Algérie aux Black Panthers. Elaine Mokhtefi nous parle de cette ville devenue mythique dans « Alger, capitale de la révolution » (La fabrique, 2019).

Rendez-vous avec la journaliste américaine Elaine Mokhtefi, devenue à la faveur des événements une « Pasionaria » de la cause algérienne, arrivée à Alger dans un moment d’effervescence qu’elle ne pouvait soupçonner et prise dans le tourbillon de l’histoire.

Elle les a connus ou côtoyés : Frantz Fanon, psychiatre et essayiste célèbre, auteur notamment de Peau noire, masques blancs (1952), Elridge Cleaver, membre des Black Panthers, Abdelaziz Bouteflika, dont elle a été l’interprète… Originaire des Etats-Unis, amoureuse de la France puis de l’Algérie, Elaine Mokhtefi nous raconte ses années passées aux côtés de ceux qui ont contribué à l’Histoire des luttes des années 1960 dans Alger, capitale de la révolution. De Fanon aux Black Panthers (La fabrique, 2019).

Après un passage de plusieurs années à Paris, où elle a le temps d’apprendre le français et de se faire à la vie parisienne, mais où elle découvre aussi le racisme et les prémisses de la guerre d’Algérie, Elaine Mokhtefi embarque pour New York, où elle travaille au bureau algérien, lieu emblématique de mouvements de résistance tels que le Front de Libération Nationale et où elle fait la connaissance de ceux qui, encore étudiants pour certains, formeront l’élite de l’Algérie indépendante. Au lendemain des Accords d’Evian (1962), elle s’installe à Alger en tant que journaliste et décide que son avenir se jouera désormais dans ce pays nouvellement indépendant.

LIRE LA SUITE

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *