Bollène rend hommage au général défenseur des Harkis, Hélie de Saint-Marc

Par , France Bleu Vaucluse

Des associations d’anciens combattants, des Harkis et leurs proches se sont rassemblés samedi 11 mai à Bollène, pour rendre hommage à Hélie Denoix de Saint-Marc, ancien parachutiste durant la guerre d’Algérie et défenseur des Harkis. La mairie a rebaptisé la rue du 19 mars 1962 au nom de ce général. La plaque a été dévoilée dans la matinée. L’après-midi, les participants se sont rendus à la salle des fêtes de Bollène pour assister à une projection en son honneur : « Hélie de Saint-Marc, témoin du siècle » de la réalisatrice Marcela Feraru.

Les 650 spectateurs étaient très émus en sortant de la salle, à l’instar de cette Bollénoise : « C’est tout à fait ce que l’on ressent en tant que pied noir. On a tellement menti sur notre histoire que ça remet les choses à leur place. » Un peu plus loin, Fatima Kefif, présidente de l’Union départementale des anciens combattants français musulmans du Rhône, a fait le déplacement de Lyon pour assister à cet hommage. « Harkis ou FLN, ce n’était jamais un choix », tient-elle à rappeler.

Une « belle reconnaissance »

L’organisatrice de l’événement est Rachida Amallou Amri, présidente l’association des anciens combattants français musulmans de Bollène. Pour cette fille de Harki, ce rassemblement était une belle reconnaissance : « On s’est tous retrouvés, nous enfants de Harkis, quelques Harkis, la fille de Hélie Denoix de Saint-Marc, la réalisatrice roumaine Marcela Feraru… «  Cette dernière insiste sur l’importance du devoir de mémoire: « J’avais 18 quand j’ai rencontré Hélie de Saint-Marc, je ne savais pas qui c’était. Le mot Harkis on l’a entendu quand on avait 15 ans, on ne le prononçait pas car c’est comme si c’était un gros mot. »

La maire de Bollène Marie-Claude Bompart était présente cet hommage au général, comme un juste retour des choses : « Le 19 mars n’a jamais été la fin de la guerre d’Algérie, ça a été le début du terrible massacre des Harkis. Il était normal qu’après tant d’années de mensonges, on revienne à la vérité. »

Concernant le changement de nom de rue effectué le matin, certains anciens combattants, qui n’ont pas souhaité s’exprimer, sont très en colère.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *