« Algérie, les oubliés du 19 mars 1962 »: un livre pour rappeler le drame des pieds-noirs, des rapatriés et des harkis

Quelques jours avant l’anniversaire des Accords d’Évian qui ont mis fin à la guerre d’Algérie, un livre dénonçant le non-respect de ces accords dans les semaines qui ont suivi le cessez-le-feu vient de paraître: « Algérie, les oubliés du 19 mars 1962 » rappelle le drame qu’ont vécu à l’époque les pieds-noirs, les rapatriés et les harkis.

C’est en novembre 2012, sous le quinquennat de François Hollande, que le Parlement a adopté une proposition de loi socialiste faisant du 19 mars la « Journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc ». Mais « s’il y avait une date à éviter pour célébrer la guerre d’Algérie, c’était bien le 19 mars », estime le journaliste et écrivain Alain Vincenot, qui vient de publier Algérie, les oubliés du 19 mars 1962 (Ed. de l’Archipel).

Pour lui en effet, « tant voulus par le général de Gaulle et plébiscités, en métropole, par le référendum du 8 avril 1962, les Accords d’Évian ne furent jamais respectés » par les Algériens. Ils stipulaient, outre le cessez-le-feu, que les deux parties s’engageaient à « interdire tout recours aux actes de violence, collective ou individuelle », et pourtant « des civils, mais aussi des soldats français ont continué à mourir ou disparaître. Oubliés », souligne l’auteur.

LIRE LA SUITE

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *